mardi, septembre 02, 2008

LA BATAILLE DE SINÉ-HEBDO EST UNE NOUVELLE BATAILLE DE FRANCE !

La prochaine naissance de Siné Hebdo nous réjouit. De deux choses l'une : ou bien ce nouveau journal, en défiant tous les tabous, se vend sans problème dans l'hexagone, et la preuve sera ainsi faite que nous sommes toujours un pays de liberté, ou bien les procès, intentés par les officines et les personnages "diffamés", encouragés à déposer plainte, en viendront vite à bout, et dans ce cas, la preuve contraire sera faite : la France a cessé d'être un pays de liberté ! Pour cette raison nous devons remercier Val, et je suis sérieux : tout le monde, je dis bien tout le monde, va pouvoir vérifier si notre pays est bien un pays à part, celui où il est possible de s'exprimer sans crainte ! La riposte de Siné dépasse, comme on le voit, son cas personnel : nous sommes tous concernés. En France, il ne reste qu'un tabou, celui qu'a érigé le lobby, appelons-le par son nom, le "lobby juif". C'est le dernier, tous les autres sont tombés. Un lobby qui est devenu, au fil du temps, comme je l'ai souligné précédemment, le "lobby" du show-biz. Dans la Société du Spectacle, il ne pouvait pas en être autrement : la nomenklatura dirigeante a besoin, pour se protéger, d'exclure du petit écran tous ceux qui la contestent. Étant donné la force de l'image, la franc-maçonnerie des médias - une franc-maçonnerie visible - doit impérativement "faire le ménage", et tenir, comme à la prunelle de ses yeux, les leviers de commande ! Ce qui est tout à fait remarquable, c'est que cette franc-maçonnerie d'un type nouveau, a besoin, elle aussi, de s'appuyer sur un État puissant, et impérialiste. Avant-hier, elle était entre les mains de l'Angleterre, dominante au 19e siècle, jusqu'en, disons, 1918. Hier, ce fut au tour de l'URSS, et autour d'elle, avec un PCF totalement soumis et inféodé. Aujourd'hui, incontestablement, c'est l'État israélien qui joue le rôle d'État dominant en France. Toute critique à l'égard de cette entreprise funeste, et qui l'est depuis son origine, à la fin du 19e siècle, déclenche le "signal d'alarme". Toute la coterie des médias réagit avec un formidable instinct de "survie". Ça n'est plus effectivement un lobby exclusivement "juif", c'est un conglomérat de gens qui vivent du pouvoir que génère l'image (qui prime désormais le son, et l'écrit). On se souvient que de Gaulle, constatant l'opposition de la presse écrite à son égard (notamment en province) s'était approprié la "télé", alors réduite à une chaîne ! Mais en 1968, cette "télé" s'est retournée contre lui, parce qu'il ne la contrôlait pas : elle était déjà entre les mains d'une Nomenklatura qui a, rapidement, fait d'Israël, son "centre de ralliement". Et pour cause : c'est en Juin 67 qu'Israël, avec sa victoire sur Nasser, a pris le dessus en Occident comme en URSS ! Depuis cette date historique, la Nomenklatura audio-visuelle, ou la coterie du petit écran, n'a cessé d'étendre son pouvoir sur la Société (du Spectacle). Elle a, en effet, découvert et compris que "l'holocauste" la rendait quasiment invulnérable. Et qu'il suffisait d'en célébrer le culte pour devenir "intouchable" ! Voilà pourquoi le "lobby des médias" est devenu un lobby pro-israélien. C'est ce que Val a réalisé lorsque Claude Askolovitch a dénoncé le billet de Siné pour "antisémitisme", et ce, à propos du fils Sarkozy et de la fille Darty ! S'il voulait poursuivre sa carrière, et renforcer sa position au sein de la coterie, il ne lui restait plus qu'à "liquider" Siné !
La réplique du dessinateur-humoriste revêt donc une importance primordiale : il est obligé de s'en prendre au dernier tabou (s'il ne le faisait pas, à quoi servirait son journal ?) et la coterie va devoir se défendre, par des procès, afin d'interdire le journal en le frappant à la caisse. Mais, à force de procès, elle va se démasquer, et apparaître comme "l'ennemie de la liberté" ! Comme on le voit, la bataille qui s'annonce n'est pas anodine...

Aucun commentaire:

Archives du blog